Portraits typés  
Quand on veut dessiner une tête, et qu’on n’a pas d’expérience, on court le risque de faire une figure stéréotypée, dépourvue de caractère particulier. Pour donner du tempérament, de la singularité à votre dessin, il faut commencer par en donner à votre mode d’observation. Le fait d’être en groupe, comme ça se passe dans un stage de peinture, permet d’aiguiser ainsi votre regard par la comparaison entre différents types de visages. Et cette comparaison s’opère bien quand on sait rompre avec ses routines visuelles. Pour cela, je propose de découper le visage en parties qu’on n’a pas l’habitude d’isoler, et de dessiner chaque partie de chaque personne successivement, pour bien percevoir les différences de l’une à l’autre :

Le haut du crâne et les tempes ; les oreilles, l’intervalle entre les oreilles et les yeux, entre les yeux ; la mâchoire (sans le menton) ; le menton ; les intervalles entre : haut du crâne, yeux, nez, bouche ; l’œil gauche ; le nez ; la lèvre supérieure ; l’œil droit ; la lèvre inférieure.
Le dessin, d’abord au crayon, est repassé ensuite en noir, les couleurs traitées en aplat. Ces simplifications permettent de souligner un peu plus les traits typés propres à chaque personne.



 
Brigitte Fenech